Initiative Lavaux III: Jugement rapide et abusif

A propos de l’article de Mme. Silauri “L’initiative permet de tenir la parole donnée à l’UNESCO” (24 heures du 16 janvier 2012)

Le jugement de madame la députée me paraît, quelque peu, rapide et abusif. Il est aujourd’hui parfaitement admis, même parmi les opposants, que M. Weber a contribué à préserver la région de Lavaux en proposant sa première initiative. Cependant, est-il vraiment indiqué d’appliquer l’adage: “Jamais deux sans trois” pour la protection de Lavaux ? La deuxième initiative de M. Weber était inutile, la troisième est mortellement dangereuse.

La hache de guerre aurait pu être enterrée; le passage à l’étape suivante serait un vrai succès, si M. Weber et les Verts vaudois ne s’étaient pas mis en tête de torpiller le consensus du Grand conseil en défendant une initiative parfaitement excessive.

Contrairement à ce que les initiants prétendent, ce n’est pas une initiative qui préserve l’aspect traditionnel des bourgs et les murs de vignes, ce sont les mains des vignerons et des élus accusés, à tort, de ne pas savoir gérer leur territoire.

De plus, si les constructions d’utilité publique sont autorisées, il convient de relever que l’article 35 empêche la pose de la moindre pierre pour les cinq ans à venir. Les autorités cantonales devront réviser une carte alors que les plans directeurs communaux attendront dans un tiroir. À moins qu’ils ne soient brûlés immédiatement, l’initiative supprime toutes compétences réglementaires locales.

Il s’agit, ni plus, ni moins, d’un viol de l’autonomie communale.

Devant leur autorité bafouée, les élus locaux n’auront plus la possibilité de faire évoluer la région, ni d’encourager l’activité touristique. Les infrastructures d’accueil ne pourront être envisagées, ou alors à des coûts exorbitants, comme les parkings souterrains obligatoirement posés dans les fondations des villages.

L’initiative ne propose rien et ne permet rien. Elle impose contraintes et obligations. Elle condamne l’autonomie communale, au profit des seuls valeurs et idéaux d’un groupuscule extrémiste qui prend en otage une région, amenant le canton entier à se prononcer. Je suis persuadé que le citoyen vaudois saura être clairvoyant et choisira la loi du Grand conseil  au moment de la votation.

Note: Courrier des lecteurs paru dans le 24Heures du 24 janvier 2012. Cette version est intégrale, malgré l’excellent travail éditorial du journal qui a dû le raccourcir pour le faire tenir dans ses colonnes.

Cet article a été publié dans Loi sur Lavaux.
Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

*
*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>