L’impôt (mal)heureux

“Liberté grâce aux impôts”. Voici le slogan inscrit, par un jeune vaudois de 11 ans, sur le dessin ornant la couverture du logiciel VaudTax 2011. Naturellement, les deux fautes d’orthographe élémentaire qu’on relève sur l’oeuvre originale nous rappellent que le niveau de l’instruction publique vaudoise est largement inférieur à ce que l’on peut raisonnablement attendre.

Le plus choquant reste le paradoxe véhiculé par ce slogan. La perception de l’impôt par l’état est un viol de la liberté la plus primaire du citoyen de pouvoir disposer intégralement de l’argent gagné à la sueur de son front comme bon lui semble. Le débat sur le bien-fondé de l’imposition, indispensable pour tout communiste respectable et inutile pour tout estimé libertarien, ne change, en rien, la réalité: l’impôt est l’absence de liberté.

Dès lors, cette image révèle une absence de sens moral et philosophique tout à fait révoltante, tant de la part de l’enseignant qui l’a avalisée que du jury qui l’a choisie. Le slogan, défigurant au passage l’emblème vaudois, est une insulte faite à des générations de libéraux pour lesquels notre canton est une pierre angulaire.

Au-delà des considérations théoriques, j’invite chacun, au moment de déposer sa déclaration ou son bulletin de vote dans l’urne en mars prochain, à se poser la question “Quelle liberté m’offre concrètement l’impôt ?”.

Chacun découvrira bien vite que l’argent qu’il s’apprête à rétrocéder chaleureusement à l’état de Vaud ne lui permettra pas de choisir l’école à laquelle ses enfants se rendront ou encore l’effort de développement des infrastructures pour son moyen de transport favori. L’impôt est peut-être un mal nécessaire, mais en aucun cas il n’apporte la moindre liberté aux citoyens qu’il ponctionne allègrement.

La droite s’est battue pour le faire diminuer que d’un ridicule point. En mars prochain, si le gouvernement est confirmé à gauche, le citoyen peut s’attendre à rapidement perdre cet acquis et se faire traire, telle une vache laitière, pour compenser la folie dépensière de l’état providence.

Personnellement, ce n’est pas vraiment une image qui fait transparaître la liberté à mes yeux …

Cet article a été publié dans Coup de gueule, Politique générale.
Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

*
*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>