Ecopop: Premier pas vers l’écototalitarisme

Le Conseil Fédéral a récemment transmis son message au parlement contre l’initiative Halte à la surpopulation – oui à la préservation durable des ressources naturelles abrégée ECOPOP. Il relève très justement que, je cite:

… les objectifs et le contenu de l’initiative ne sont compatibles ni avec l’actuelle politique de la Suisse en matière de migrations ni avec la pratique suisse dans le domaine de la coopération internationale au développement.

Le reste du message développe ces deux points focalisés sur la question de l’immigration et de l’intervention à l’étranger, qui sont des éléments importants de l’initiative, mais qui masquent la volonté réelle des initiants. ECOPOP est un cheval de Troie destiné à conquérir les voix des conservateurs, des patriotes et des nationalistes pour le plus grand profit d’une idéologie écototalitariste.

Elle impose un quota maximum de 0.2% de croissance de la population due à l’immigration par année. La Suisse comptant pratiquement 8 Mio d’habitants, le calcul donne 16’000 personnes. Selon l’OFS, le solde migratoire de 2012 était positif d’environ 45’000 personnes. L’impact, en cas d’entrée en vigueur, n’est pas négligeable et plaira à tout ceux qui estiment les flux migratoires trop importants, quel qu’en soit la raison.

Cependant, au-delà de ces chiffres concrets, l’initiative dit aussi:

La Confédération s’attache à faire en sorte que la population résidant en Suisse ne dépasse pas un niveau qui soit compatible avec la préservation durable des ressources naturelles. Elle encourage également d’autres pays à poursuivre cet objectif, notamment dans le cadre de la coopération internationale au développement.

Loin de s’attaquer uniquement aux flux migratoires, elle demande à la Confédération de prendre des mesures pour limiter de manière générale la population résidente en Suisse et d’encourager les autres nations du monde à faire de même. Cet encouragement vers l’extérieur prend forme dans l’alinéa 3 qui propose d’allouer 10% des aides au développement à la planification familiale.

Cependant, la finalité du texte reste la compatibilité avec une préservation durable des ressources naturelles.

kitten-and-mouse_wtf

Malheureusement, impossible de trouver une définition claire, sur le site de l’initiative, pour répondre à ce pauvre chaton . Tout au plus, l’internaute y retrouve les phrases habituelles de l’argumentaire écologiste classique affirmant que la Terre compte déjà 7 milliards d’habitants et que c’est aux limites du soutenable. Pourtant, aucun lien vers un quelconque document scientifique pouvant appuyer ces affirmations n’est donné. Comment est-il possible de déterminer catégoriquement un rapport entre la population suisse, voire mondiale, et un concept sans définition claire. Allons-nous devoir attendre que les juristes et les scientifiques se mettent d’accord pour se prononcer sur l’application du texte ?

Mais alors, qu’en sera-t-il du degré d’incertitude relatif à toutes théories scientifiques ? Aujourd’hui, l’impact de l’activité humaine sur les changements climatiques, autrefois acquis comme une certitude par les politiques, est remis en question. Et je ne parle pas de la franche rigolade que nous offre le “Global Footprint Network” avec la dette terrestre; un collègue blogueur s’en est déjà chargé. Sans tomber dans le déni de réalité, voire l’anti-écologisme primaire, et promouvoir les 4×4 à tout crin, la relance de l’exploitation du charbon ou encore les décharges toxiques en plein air, je trouve logique d’éviter la construction de lois au potentiel totalitaire autour de théories scientifiques qui ne peuvent être vérifiées à 100 %.

Car toute mesure de contrôle de population serait une destruction des libertés individuelles. Elle impliquerait que l’Etat serait en mesure de dicter qui est en droit de donner des naissances à des enfants et combien il peut en faire. Procréer en dehors du cadre légal deviendrait un crime. Une place royale serait donnée à l’arbitraire, peut être même à l’eugénisme. Ce risque marqué pour les libertés individuelles, propulsant l’Etat sur la voie du totalitarisme natal et écoconscient, est la résultante directe du fondement de la doctrine soutenue par ECOPOP.

Plutôt que la décroissance économique prônée par certains, ils prônent la décroissance démographique forcée. Ils déclarent la Terre victime et jugent les humains coupables. Cette doctrine porte un nom: le Malthusianisme. Un pays très connu met déjà en oeuvre ces mesures: la Chine qui n’est pas un eldorado de liberté et de démocratie.

Il est regrettable que le message du Conseil Fédéral n’intègre pas ce paramètre et oriente ainsi exclusivement la campagne sur le terrain glissant de l’immigration, là où le peuple risquerait de voter “OUI” par réaction épidermique, sans avoir saisi l’entier des enjeux.

Cet article a été publié dans Libéralisme et Liberté, Politique générale.
Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

*
*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>