Journée internationale de la Liberté

Aujourd’hui, c’est la journée internationale pour la Liberté. Vous ne le saviez pas ? Normal, c’est la toute première édition et chacun est libre de la célébrer comme bon lui semble (moi j’écris cet article sur mon blog trop longtemps délaissé :)). En lisant cette dernière phrase, le lecteur découvre ainsi qu’il n’existait pas de journée dédiée à ce concept primordial de liberté. Et pourtant, des journées mondiales ou internationales, il y’en a pléthore sur des sujets aussi divers que variés. Vous les retrouverez sur cette page de Wikipedia. Le 20 septembre a d’ailleurs été ajouté récemment, comme vous pourrez le voir en consultant l’historique de la page.

Dans le genre, journée mondiale bien ridicule et inutile, mon top 3 se compose de la journée des tricots, des oiseaux migrateurs et de la télévision. On y trouve aussi quelques magnifiques perles aux bonnes senteurs sociales démagogues (©Philippe Nantermod) telles que journée de la justice sociale, du travail social, du commerce équitable, de la normalisation et la journée mondiale sans-achat. Tout ça c’est très câlin et figurez-vous qu’il existe justement une journée mondiale des câlins qu’on pourra loger dans les catégories ridicules, inutiles et sociales démagogues.

Du côté des journées liées à des concepts libéraux, on retrouvera tout de même celle pour la liberté de presse ou celle contre la censure sur internet que l’on peut associer à la liberté d’expression de manière générale. On retrouve aussi la journée internationale pour l’élimination de la pauvreté. Comment ? J’ose prétendre que l’élimination de la pauvreté est un concept libéral ? Tout le monde sait bien que le libéralisme, surtout quand il est ultranéolibéral, c’est l’ami du Grand Capital, des gens fortunés qui s’accaparent les richesses des autres et la consolidation des injustices sociales … ou pas.

Les gens semblent oublier que si bon nombre de fortunes sont aujourd’hui des héritages, d’autres ne se constituent qu’à partir de pas grand-chose. Souvent, ces fortunes ont pour origine des prêts de capitaux, acquis par les vilains déjà riches, qui ont été mis au service de projets entrepreneuriaux. Ces projets se sont transformés en succès et ainsi, les riches déjà existants se sont enrichis encore plus grâce aux intérêts, mais dans la foulée, ils ont créé de nouveaux riches (les entrepreneurs) et sorti de la pauvreté beaucoup de monde (les emplois créés).

Bien entendu, il y’a des inégalités, il reste des gens pauvres, aussi des gens bien plus riches qui ne devraient l’être, etc. Cela n’empêche pas d’affirmer que le meilleur moyen d’éliminer la pauvreté, c’est de garantir les libertés économiques, même si l’on sait pertinemment que celles-ci ne permettront pas la création d’une société parfaite ou personne n’est pauvre.

Pour en revenir à la journée de la Liberté, celle-ci doit certainement susciter quelques questions dans la tête de mon lecteur auxquelles je répondrais volontiers.

Lecteur: Pourquoi le 20 septembre ?
Moi: Pourquoi pas ?
Développement: Cette date a été proposée, car elle correspondait à la sortie d’un livre dont le titre est “LIBRES !”. Cet ouvrage d’un genre particulier essaie de démocratiser des concepts et propositions libérales vis à vis de nos angoisses journalières. Plus d’informations ici

L: Qui, ou quelle organisation, a déclaré que c’est la journée de la Liberté ?
M: Une dame, Héloise de Smet, qui a écrit dans le livre sus-mentionné. Au-delà de ça, elle est un être humain comme vous et moi qui n’appartient ni au grand patronat, ni au monde des élites politiques à ma connaissance.

L: Cette journée, ce n’est pas un coup de pub pour le livre du coup ?
M: Sincèrement, un petit peu oui pour cette année. Mais comme toute journée internationale digne de ce nom, elle a vocation à se répéter d’année en année et, espérons-le, prendre un peu d’ampleur. Ce n’est pas le cas de la sortie du livre.

L: Mouais, et de quel droit cette parfaite inconnue déclare une journée internationale, ce n’est pas le rôle de l’ONU ?
M: Du simple droit d’être une personne encore un tant soit peu libre. Evidemment, si cela vous dérange, rien ne vous empêche de demander à l’ONU d’officialiser la journée ou encore de déclarer votre journée internationale de la Liberté dans votre coin. Après tout, ce serait très libéral de mettre en concurrence des journées de la Liberté. Puis au final, si chacun pouvait se rappeler ce qu’est la liberté et pourquoi il est important de la préserver tous les jours de l’année, ce serait encore mieux.

L: Mais en fait, comment se fait-il qu’il n’existe pas déjà de journée internationale de la Liberté ?
M: C’est la question fondamentale. Mon esprit rebelle y voit la marque du système et de la démagogie politique qui grappillent peu à peu nos libertés en les accusant d’être la cause de tous les maux.

Franchement, en portant un peu d’attention aux discours qui nous sont servis dans les journaux, combien de fois avez-vous entendu que la crise financière est le résultat du prétendu système (néo-)(ultra-)libéral ?
Qu’on a laissé des gens libres de faire tout et n’importe quoi ?
Que chaque problème nécessite une solution politique, proposée par un exécutif, avalisée par un législatif sous forme d’une nouvelle loi ?
Que la consommation d’un stupéfiant quelconque (y compris l’alcool) ne conduit plus qu’à la défonce et la dépendance la plus complète et qu’il faut donc l’interdire ?
Qu’il faut limiter ou interdire ceci ou cela pour le bien commun ou la nature ?
Que les gens doivent consommer Suisse et pas étranger ?
Etc. la liste est longue.

Chaque intervention politique réduit notre champ de liberté et normalise la société et nos capacités d’action. Un ancien Conseiller d’Etat Libéral disait très justement:

En général, il est désirable de ne pas faire de lois, car chacune restreint les libertés. A la limite, la loi sur les constructions sera parfaite lorsqu’elle prescrira tout, les hauteurs, les longueurs et les largeurs, les matériaux et les couleurs, les coûts et les loyers, mais se trouvera-t-il encore quelqu’un pour construire ?
Louis Guisan

Aujourd’hui, nous devons construire un avenir ensoleillé alors que les nuages noirs s’amoncèlent à l’horizon. Je suis convaincu que ceci ne sera possible qu’en faisant tout ce qui est en notre pouvoir pour éviter que les élites, tant financières que politiques, ne fassent main basse sur nos libertés.

Je ne veux pas d’un Etat de droit surréglementé, je ne veux pas non plus d’une dictature des corporations. Je veux simplement que chaque être humain soit libre de ses choix et assume pleinement la responsabilité et les conséquences de ceux-ci.

Bonne fête de la Liberté à toutes et tous !

Cet article a été publié dans Politique générale.
Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

4 Commentaires

  1. Publié le 20 septembre 2012 à 10:30 | Permalien

    Merci Jérémy! Excellente synthèse de cette Journée de la Liberté que nous comptons bien reproduire d’année en année :) J’ai posté un lien vers ton article sur la page de International Day of Freedom sur Facebook!
    To Freedom,
    Héloïse

  2. tetatutelle
    Publié le 21 septembre 2012 à 2:58 | Permalien

    “Il existe justement une journée mondiale des câlins qu’on pourra loger dans les catégories ridicules, inutiles et sociales démagogues.” :

    Et celle de la “gentillesse” également (je ne sais plus quand, par contre) ! ça n’est pas que tous ces “principes” me déplaisent mais justement ça n’est que preuve apportée qu’il est bien triste de devoir à présent créer des “journées” pour “(ré)-inciter à certains comportements qui autrefois (et il n’y a encore pas si longtemps !) allaient simplement de soi” ! C’est à l’évidence aussi tout à la fois inciter aux attitudes “inverses” (certains vont encore moins se gêner de “se montrer méchants tout le reste de l’année” puisque, diront-ils, la gentillesse n’est “obligatoire qu’une journée par an” !). Et enfin, à les multiplier ces fameuses “journées”, il ne reste finalement guère de journées “normales” !

    Donc “oui c’est ridicule”, effectivement ! Mais puisque cette “coutume” est ainsi lancée, pourquoi “les libéraux n’en profiteraient-ils pas, eux aussi” ? Car effectivement “la liberté est, elle, encore plus menacée que le reste” !

  3. Publié le 21 septembre 2012 à 12:07 | Permalien

    Merci pour cet excellent billet.

  4. admin
    Publié le 21 septembre 2012 à 7:10 | Permalien

    Merci pour vos commentaires :)

    @tetatutelle: Effectivement, je n’ai rien contre les câlins non plus :) Je partage votre avi pour la création de journée dédiées à des concepts qui “allaient de soi” il n’y a pas si longtemps. Et c’est bien parce que les libéraux essaient de prendre les constructivistes/collectivistes/etc. à leur propre jeu que la journée de la Liberté a été lancée. Comme précisé dans l’article, si nous avons 365 journées de la Liberté par an … ce serait encore mieux :p

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

*
*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>