eVoting : A quand l’accident ?

Depuis les votations du 11 mars dernier, le débat sur la volonté d’offrir le vote par internet aux Suisses a resurgi sous plusieurs formes:

  • Une lettre ouverte du Parti Pirate à l’attention des chancelleries et parlementaires suisses le 14 mars.
  • Un débat organisé par la RTS dans sa nouvelle émission En Ligne Directe le 16 mars.
  • Divers articles sur des blogs, dans les journaux, etc …

En cause, le communiqué de la confédération qui déclare ni plus, ni moins, qu’une personne a pu voter 2 fois par internet, mais que fort heureusement … son double vote a pu être corrigé !

De cette information, on en déduit directement deux choses qui me paraissent particulièrement choquantes:

  1. Au moins une personne a pu voter 2 fois
  2. Au moins une personne a accès de manière centralisée aux votes et peut les modifier le cas échéant

Ces deux éléments rapportent à la fois une remise en question de l’intégrité des résultats d’une votation réalisée par voie électronique et une potentielle atteinte flagrante à l’anonymat du vote.

Plutôt que de tenter de minimiser l’impact de l’incident, l’on aurait pu attendre des autorités fédérales et cantonales concernées qu’elles remettent en question le système déployé pour assurer ces votes électroniques. Il aurait paru normal que le cours des choses soit ralenti donnant suite aux revendications pour plus de transparence et d’ouverture aux expertises du Parti Pirate.

Raté ! Non content d’avoir une foi aveugle dans le système et d’ignorer la lettre ouverte, pourtant cosignée par le président de l’UDC, Toni Brünner et le président du groupe parlementaire Verts, Antonio Hodgers, le conseil fédéral nous annonce qu’il allège les limites de participation aux votations par voie électronique. Il autorise, en particulier, 30% des votants pour Genève et Neuchâtel à passer par l’eVoting le 17 juin prochain contre 20% jusqu’à présent.

Si cette levée du seuil n’a encore que peu d’impact sur le plan fédéral, il n’en reste pas moins préoccupant sur le plan cantonal (4 objets cantonaux à Genève). Effectivement, loin de considérer les problèmes et risques de sécurités technologiques liés au vote électronique, il suffit de s’attarder quelques instants sur le risque humain.

L’incident du 11 mars dernier nous prouve que l’entier du système actuel repose sur l’intégrité morale de quelques informaticiens qui ont la possibilité d’intervenir directement sur les votes. Une responsabilité morale et un secret de fonction que l’informaticien incriminé dans l’affaire Hildebrand avait aussi, pour ne remémorer que ce récent scandale.

Mon propos n’est pas de critiquer les informaticiens, l’étant moi-même, mais au contraire de rappeler qu’ils sont tout aussi humain que n’importe quel citoyen de ce pays et donc loin d’être infaillible. Il y’a donc un réel danger pour l’intégrité du vote démocratique, les résultats pouvant potentiellement être détournés à hauteur de 30% des voix pour Genève en juin prochain. Visiblement, la confédération ne semble pas s’en inquiéter le moins du monde.

Comme d’habitude, devrons-nous attendre l’accident pour que nos élus réagissent ? Peut-être … sauf que dans le cas présent, l’accident pourrait être parfaitement indécelable et compromettre le destin d’un canton ou d’un pays entier.

Cet article a été publié dans Coup de gueule, Politique générale.
Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

Un commentaire

  1. Publié le 10 avril 2012 à 7:23 | Permalien

    Excellent billet. Sur ces questions de démocratie, heureusement, la gauche et la droite se rejoignent (encore heureux, sinon, on serait assez mal barrés ;-) Dans tous les cas, la question de l’accident à éviter absolument est primordiale: s’il en arrive un lors d’un “petit” vote sans grand enjeux, ça ne sera pas très grave (quoique)… Mais s’il faut répéter des élections entières ou une votation fédérale sur un sujet très sensible et avec d’énormes enjeux financiers (p. ex. l’achat de Gripen), la confiance de la population serait très fortement ébranlée…

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

*
*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>